Témoignages

Ce sont eux qui en parlent le mieux !

Des finalistes des années précédentes vous font part de leur expérience.

Conort Delphine

Médaille de bronze
Finaliste de chimie
EUSO 2019 – Portugal

J’ai vraiment été heureuse de participer à ce concours. J’ai rencontré beaucoup de gens et de nombreuses cultures et la semaine du concours était assurément la semaine la plus heureuse de ma vie.
Les choses qui m’ont le plus plues dans le concours EUSO étaient de rencontrer des étudiants de toute l’Europe et le challenge scientifique que représentent les épreuves.

J’y participerais à nouveau sans hésiter.
Boulanger Alice
Médaille de bronze Finaliste de biologie
EUSO 2013 – Luxembourg

Une semaine formidable, pleine de rencontres diversifiées avec des gens ouverts, de cultures différentes à découvrir, de notre âge et avec qui on partage les mêmes intérêts, ce qui rapproche forcément. Programme à la fois divertissant et intéressant. Challenges intéressants aussi : être dans une situation de stress et de manipulation pendant 4h, ça permet de nous préparer à la suite… »

En résumé, une semaine inoubliable, gravée dans nos esprits !
Alice

« Nous prenons la direction de l’Université du Luxembourg où va se dérouler notre épreuve. Après avoir mangé à la cafétéria, nous nous dirigeons alors vers la salle de TP. Les quelques minutes avant le début de l’épreuve, le stress commençait à monter car nous ne savions pas trop à quoi nous attendre. En entrant dans la salle, nous avons été très étonnés de la grande paillasse et du super matériel qui nous attendaient. Lunettes et gants étaient à notre disposition : de quoi devenir de vrais scientifiques. C’est alors qu’est venu le moment de distribuer les sujets… Inquiets, nous avons donc ouvert l’enveloppe. Au départ, nous voulions faire toute l’épreuve tous ensemble, mais nous nous sommes vite rendus compte qu’il était impossible de finir dans les temps vu la longueur de l’épreuve. Sami s’est donc occupé de la chimie, Charles de la physique et moi, Alice, de la biologie. Finalement, nous pensons nous en être bien sortis, nous ressortons de l’épreuve assez confiants. »

Lepage Elise Médaille de bronze EUSO 2014 – Athènes
Aujourd’hui à l’Ecole Polytechnique après une prépa PC au lycée H. Poincaré

Le mot « inoubliable » est employé à tort et à travers.  Certains prétendent qu’ils vont toujours se souvenir de cette journée où Vanessa a quitté Brandon parce qu’elle était amoureuse de Kévin, ou cette autre où l’OM a gagné la coupe de France. Mais tout le monde aura oublié ça une semaine après. Alors que la semaine que nous avons vécue, c’est sans aucune exagération que je peux la qualifier d’inoubliable. Vivre une semaine entière dans une palette de nationalités, allant des Finlandais aux Grecs et des Portugais aux Estoniens, au milieu d’une vingtaine de langues différentes, plus ou moins prononçables et compréhensibles,  mais comprendre que nous partageons tous bien plus que ce qui nous distingue, du goût du sport à la danse, de la cuisine aux jeux de sociétés, des chants au théâtre, de l’envie de faire  la fête à l’envie de se rencontrer, et enfin l’amour des sciences, à la base de toute cette semaine. Le seul défaut de ce voyage, c’est qu’il est fini !

Cette aventure est inoubliable, et ne sera pas oubliée, car elle nous a appris tellement : sur nous-mêmes, nos capacités à échanger, à aller vers les autres, à travailler ensemble, sur les diversités et l’ampleur du monde.

elise

Et si les noms et les visages, les anecdotes et les fous rires partagés sont condamnés à s’effacer de nos mémoires, cette aventure est néanmoins inoubliable, et ne sera pas oubliée, car elle nous a appris tellement ! Sur nous-mêmes d’abord, nos capacités à échanger, à aller vers les autres, à travailler ensemble aussi (solidarité indispensable pendant les épreuves, ce n’est que grâce à mes coéquipières que j’ai tenu), sur les diversités et l’ampleur du monde (changer d’horizon fait un bien fou !) , et même sur l’importance de l’anglais, que ce soit pour demander à la Bulgare dans notre chambre si elle a bien dormi, ou pour apprendre à des Irlandais à jouer au Jungle Speed ! On sait qu’une telle chance ne se présentera pas deux fois, et je remercie vraiment les professeurs qui l’ont rendue possible.

Bastien Lucille

Médaille de bronze
EUSO 2014 – Athènes

« Après 3 heures de vol depuis Roissy, nous sommes arrivés à Athènes dimanche soir, et nous avions à peine posé un pied sur le sol grec que nous ressentions déjà l’ambiance qui s’annonçait ! Nous avons été accueillis chaleureusement par d’autres participants à l’hôtel, et à partir de ce moment, toutes les frontières possibles et imaginables (langue, timidité…) se sont écroulées pour de bon.  

S’ensuit alors une semaine riche en émotions : épreuves déconcertantes mais auxquelles nous avons pris un plaisir immense à y réfléchir pendant des heures et à se donner à 200% ; découverte de la ville pour le moins surprenante d’Athènes (des ruines antiques de l’ancien Agora, de l’Acropole ou du site d’Elefsina jusqu’aux rues commerciales modernes et plutôt mal organisées en passant par les graffitis qui recouvrent les moindres recoins de la ville), de la raffinerie de pétrole et d’Olympie… Un programme vraiment chargé d’où nous sommes sortis médaillés de bronze, nul besoin de vous décrire notre fierté de nous en être si bien sortis !

Je ressors de cette aventure le cœur gros certes (car c’est frustrant de se faire des amis qu’on n’est pas sûr de revoir un jour), mais avec l’envie (…) de laisser ma trace dans le monde des sciences ! »

Lucille

Mais ce que je retiendrai le plus de cette semaine, ce sont évidemment les merveilleuses rencontres que nous avons pu faire ! Je reconnais que je suis partie de Verdun en pensant seulement participer à une compétition de sciences, mais je me trompais : c’était bien plus que ça ! J’ai pu me lier d’amitié avec des jeunes des quatre coins d’Europe, avec les mêmes centres d’intérêt (et pas que scientifiques !), qui nous comprennent et que l’on peut comprendre, une véritable famille ! Je pense que c’est une expérience qu’il faut vivre pour pouvoir comprendre réellement. Car partager tant de rires, d’émotions, d’amitié et de sincérité aussi simplement en une semaine, c’est quelque chose qui arrive hélas rarement dans une vie, et dont il faut alors profiter au mieux possible ! Je ressors de cette aventure le cœur gros certes (car c’est frustrant de se faire des amis qu’on n’est pas sûr de revoir un jour), mais avec l’envie de faire de grandes choses, de profiter des rencontres que la vie nous offre, et de laisser ma trace dans le monde des sciences ! »

Fagot Léonie

Médaille de bronze
EUSO 2015 – Autriche

Aujourd’hui à l’ENS des mines de St Etienne
après une prépa PC au lycée H. Poincaré

J’ai participé à l’Euso 2015 à Klagenfurt. Les anciens participants m’avaient prévenue et je n’ai pas été déçue de cette semaine.

Après une longue journée de route depuis le lycée, nous avons découvert Klagenfurt. Une ville magnifique avec vue sur la grande Wörther See et sur les Alpes. Dès la première soirée, nous avons fait de nombreuses rencontres : Bulgares, Slovènes, Croates, … L’anglais nous faisait défaut mais on a découvert que le rire et les gestes remplacent souvent beaucoup de mots ! Nous avions 2 guides, Pia une Autrichienne qui étudie le Français et Uku, un Estonien complètement dingue mais adorable qui avait remporté l’Euso 3 ans plus tôt. Ils nous ont remis le programme de la semaine et nous avons alors compris qu’on ne risquait pas de s’ennuyer !

L’anglais nous faisait défaut mais on a découvert que le rire et les gestes remplacent souvent beaucoup de mots !

Léonie

Je partageais ma chambre avec des filles de Croatie, Danemark, Slovénie et Bulgarie. J’étais très impressionnée d’être parmi les personnes les meilleurs de leur pays en science mais on s’est tout de suite bien entendu. 

La cérémonie d’ouverture s’est déroulée dans une salle splendide. De nombreuses personnes plus importantes les unes que les autres nous souhaitaient la plus grande réussite, pour l’Euso comme pour l’avenir.  Des caméras et des photographes étaient présents, on a alors vraiment réalisé qu’on vivait quelque chose d’unique.

La suite de la semaine a été encore plus intense, nous avons visité des endroits magnifiques comme la Pyramidenkögel en Autriche, les grottes de Slovénie…  J’ai participé à un cours de tir dans les conditions de jeux olympiques pendant que d’autres faisaient du tir à l’arc, du basket, on encore du jonglage. On n’avait pas le temps de penser aux épreuves qui nous attendaient.

Les 2 épreuves se déroulaient sur 2 demi-journées. Je me suis occupée de la partie physique. J’étais très stressée. Nous avions le droit de s’entraider avec les autres membres de la team B, ce qui était très rassurant. A la sortie de la dernière épreuve, tout le monde était soulagé. On savait qu’on n’avait pas parfaitement réussi mais on a ensuite profité de toutes les activités à fond. De nombreux autres pays étaient dans le même état d’esprit que nous.

Nous avons fait des soirées jeux de société, des chansons autour d’un piano, les meilleures actions ou vérités de ma vie, et des balades dans les parcs de Klagenfurt inoubliables. Mais nous avons aussi beaucoup discuté, posé des questions. L’Euso c’est comme un tour d’Europe mais sans bouger. Chacun expliquait sa vie, ses habitudes, nous avons aussi parlé de politique et d’économie. C’était très intéressant. 

La soirée de fermeture fut mémorable. La remise des prix s’est déroulée dans la loge VIP du stade de foot de Klagenfurt. Je n’en croyais pas mes yeux ! Les deux équipes Françaises ont reçu une médaille de bronze dont nous sommes très fiers.  Nous avons distribué des dragées de Verdun aux représentants de tous les pays. Nous sommes ensuite retournés à l’Auberge où nous avons dansé la valse à en avoir le tournis, et bien sûr nous avons dansé sur des musiques plus modernes. Un espagnol nous a même donné un cours de Flamenco.

Cette semaine fut sans aucun doute une des meilleures de ma vie. J’ai aujourd’hui encore plus d’intérêt pour les sciences, et encore plus l’envie et la motivation pour aller le plus loin possible.

Léonie